NVIDIA Geforce RTX : faut-il craquer son PEL ?

2 ans et demi déjà…

La nouvelle génération de cartes graphiques NVIDIA Geforce s’est fait attendre… De mémoire de gamer, on n’a jamais vu NVIDIA nous faire poireauter autant de temps entre 2 générations : près de 2 ans et demi, sachant qu’on l’on était plutôt habitué à un rythme annuel.

Personnellement, j’avais décidé de ne pas craquer pour la génération GTX 10XX (l’actuelle) afin de rentabiliser au mieux ma Geforce GTX 980 achetée il y a quand même plus de 3 ans et demi au tarif de 475€.

 

Ma GTX 980 en PLS

Cette carte m’aura rendu de fiers services mais je dois avouer que depuis que j’ai investi dans un écran 34′ en résolution UWQHD (3440×1440), les jeux sont devenus un poil trop gourmands pour ma GTX 980 (je vous renvoie à mon test de l’écran Asus PG348Q où j’en parlais justement).

Depuis ce craquage pour ce superbe écran, je n’ai cessé de me dire qu’il fallait que je change de carte graphique pour en profiter au maximum. Mais je vis alors les prix des cartes graphiques exploser avec la pénurie de cartes graphiques, dû en grande partie au minage. Ah les “mineurs”, je les préférais dans les mines…

 

La rupture de la numérotation

J’attendis donc sagement l’annonce de la nouvelle génération censée succéder aux GTX 10XX. On pensait alors logiquement que NVIDIA déclinerait une gamme de GTX 11XX mais ce fut sans compter sur cette espèce de mode où les marques tentent de “créer une rupture” en défiant la logique de la numérotation. Mais si vous savez bien de quoi je parle : l’iPhone X après l’iPhone 8, Windows 10 après le 8, Battlefield 1 après le 4…

Le fameuse annonce NVIDIA a eu lieu la veille de la Gamescom, le lundi 20 août (à Cologne d’ailleurs) afin de profiter de la hype de ce salon de jeux vidéos… et puis il fallait que NVIDIA pense avant tout aux gamers hein, parce que les “mineurs”, on en a marre !

Et là, on y a découvert (même si tout avait quasiment fuité le week-end avant) que la nouvelle génération s’appelle en fait RTX 20XX (ou série 20). Elle est basée sur la nouvelle architecture “Turing” qui succède donc à “Pascal” (l’architecture GPU, pas le “grand frère”).

 

RT si tu aimes

RTX au lieu de GTX car NVIDIA a misé cette nouvelle génération sur le Ray Tracing, une nouvelle technologie prometteuse dont je vais vous parler. Et passer de 1000 à 2000, c’est mieux que de passer de 1000 à 1100 non ? NVIDIA crée ainsi la rupture…

3 modèles ont été annoncés pour un lancement le 20 septembre :

  • RTX 2070 (censé correspondre au milieu de gamme)
  • RTX 2080 (censé correspondre au haut de gamme)
  • RTX 2080 Ti (censé correspondre au très haut de gamme)

Le design des nouvelles cartes, ici les modèles NVIDIA (Founders Edition). Images issues du site Nvidia

Éclaircissement sur le Ray Tracing

La rupture, on peut dire que NVIDIA l’a créé par rapport l’ancienne génération, du moins sur le papier (car pour l’instant, on n’a rien pu tester). Cette rupture porte un nom : le Ray Tracing. Il s’agit d’une nouvelle méthode de rendu de l’éclairage beaucoup plus réaliste que celle utilisée actuellement dans les jeux vidéos : la “rasterisation”.

Là où cette dernière méthode simule un éclairage (et donc des ombres et des reflets) à partir de différents points de lumières placées dans la scène, la Ray Tracing grosso modo permet à la lumière de se diffuser dans toute la scène en se réfléchissant sur les objets et en se reflétant plus au moins selon la matière… comme dans la vraie vie en fait. Mais plutôt qu’une explication barbare, voici une démo illustrant les 2 méthodes de rendu :

Le Ray Tracing, donc, même si c’est une techno qui est utilisée depuis plusieurs années dans le cinéma (pour les images de synthèse), est quelque chose de très nouveau dans le jeu vidéo. En fait, jusque là, c’était une méthode beaucoup trop gourmande pour nos cartes graphiques sur des applications en temps réel

 

Vous avez 60K pour faire tourner ça ?

Ce qui est drôle, c’est qu’une démo Ray Tracing en temps réel avait fait le buzz en mars dernier lors d’une présentation du Unreal Engine à la GDC. Démo co-créée par ILM, Unreal Engine et… NVIDIA. Le rendu des lumières était bluffant et faisait clairement penser à de l’image de synthèse… sauf que c’était bien en temps réel… mais sur une machine qui coûtait alors 60’000 dollars.


La fameuse démo Star Wars en Ray Tracing

Comme un écho à cette démo (que NVIDIA a repassé d’ailleurs durant leur événement du 20 août), NVIDIA a alors ironisé sur le prix exorbitant des machines nécessaires pour faire tourner cela… en indiquant même un numéro d’appel pour commander la machine à 60K et la possibilité de la payer en 3000 fois sans frais…

L’instant “blague” de la présentation (pour mieux faire passer l’annonce des vrais prix…)

 

Avec RTX, c’est pas cher moins cher

Evidemment, cette petite pirouette a permis de faire la transition vers la nouvelle génération de cartes graphiques grand public (RTX donc) qui allait nous éviter de prendre un crédit (encore que…). J’ai personnellement trouvé l’effet d’annonce assez habile puisqu’en mars, peu de gens devaient imaginer des cartes grand public capables de faire tourner ce genre de démo.

Geforce RTX, c’est donc la promesse de profiter de cette nouvelle technologie Ray Tracing dans les jeux vidéos. Oui mais pas tous. Pour le moment, c’est une petite dizaine de jeux qui sont annoncés et des partenariats avec Electronic Arts, Unreal Engine et Microsoft notamment (via Direct X Ray Tracing).

 

Ton miroir en démo

Quelques démos plus ou moins impressionnantes de vrais jeux avec du Ray Tracing se sont succédé durant la présentation. Battlefield V a montré de beaux effets de flammes qui se reflètent sur une voiture, le dit reflet “épousant” bien la forme de la carrosserie. Pas mal, mais l’effet semblait trop exagéré avec un effet plus “miroir” que “reflet”.

Shadow of the Tomb Raider était déjà plus réaliste avec des ombres nettement plus douces sur le rendu Ray Tracing. Metro Exodus était beau aussi mais la DA y est pour beaucoup je pense. Dans toutes ces démos, on nous montrait la différence entre le Ray Tracing activé et désactivé pour mieux apprécier le gain de cette nouvelle technologie.

  

Qu’on ait été bluffé ou pas par ces démos, il faut quand même louer (encore une fois) les efforts de NVIDIA en matière d’innovations pour rendre les graphismes de nos jeux toujours plus beaux et photo-réalistes.

 

Et les performances ?

Donc OK le Ray Tracing ça a l’air cool mais ça concerne pas tous les jeux et encore moins ceux que je possède aujourd’hui… Qu’en est-il des performances de la carte ? Et bien on n’aura eu aucune info précise de NVIDIA ce soir-là, mis à part des specs techniques qui n’affichent d’ailleurs pas un gros écart avec la génération précédente :

Tableau de specs issu du site NVIDIA. Les 2 architectures étant différentes, ces specs sont insuffisantes pour faire une vraie comparaison.

Entre-temps, NVIDIA s’est fendu d’un Tweet pour vanter les performances de la RTX en 4K et il est vrai que ça semble prometteur :


Mais là encore, il serait intéressant de faire la comparaison avec la génération actuelle ! Car une question que les gamers se posent quand ils changent de carte graphique, c’est “combien de FPS je vais gagner”. Il nous faudra attendre de vrais tests pour vérifier cela.

 

Euh vous faites du 20x sans frais ?

Mais au delà de la performance, c’est le sujet du prix qui fâche… On peut d’ailleurs dire que le prix est sans doute la plus grosse rupture que NVIDIA ait pu faire avec GeForce RTX…

Rendez-vous compte :


Si l’écart entre GTX 1080 et RTX 2080 est modéré (+7%), on peut dire qu’entre GTX 1070 vs RTX 2070 ET GTX 1080TI vs RTX 2080TI, il est exorbitant (respectivement +28% et +53% !). Conséquence de la hausse des prix due au minage et au prix de la mémoire ? Sans doute. Mais je pense aussi que NVIDIA fait payer le Ray Tracing au prix fort…

Et en l’absence de réelle concurrence de la part d’AMD sur le haut de gamme (sans compter que AMD ne dispose pour le moment pas de carte compatible avec le Ray Tracing), NVIDIA peut se permettre de pratiquer de tels prix et espérer les vendre par palettes.

 

Que faire ????

Le franchissement de la barrière symbolique des 1000€ pour le très haut de gamme fait très mal (ça me rappelle un certain iPhone pas vous ?)… Et sans garantie (pour le moment) de gains de performances à la hauteur du surcoût évoqué, je dirais qu’il est plus qu’urgent… d’ATTENDRE.

Oui, attendons les tests qui devraient arriver logiquement avant le 20 septembre. Et pour ceux qui ne pourront pas débourser de telles sommes, je conseillerais aussi d’attendre de voir si la génération GTX 10XX ne baisse pas ses prix (il serait temps…).

Ou achetez une PS4 Pro sinon ? OK je sors…

 

Un commentaire sur “NVIDIA Geforce RTX : faut-il craquer son PEL ?

Laisser un commentaire