PS Now, Game Pass, Origin Access Premier : vers un modèle Netflix du jeu vidéo ?

Quand Netflix inspire le jeu vidéo

Véritable révolution depuis quelques années, les plateformes de SVOD sont aujourd’hui légion dans le milieu du cinéma et des séries. A tel point que même les chaines télé historiques aujourd’hui redoutent leur puissance et réfléchissent à s’allier pour proposer une offre du même type.

Mais voilà si le modèle Netflix inspire ses concurrents “audio-visuels”, il en va de même pour l’industrie du jeu vidéo. Depuis le PlayStation Now, le Game Pass de Microsoft et l’annonce du Origin Access Premier chez EA durant l’E3, il semblerait effectivement que nos chers éditeurs/constructeurs se mettent clairement à l’abonnement pour du jeu.

En soit, la formule ne date pas tout à fait d’hier puisque si l’on réfléchit aux services Xbox Live et PlayStation Network, l’abonnement existe depuis déjà longtemps dans le domaine du jeu vidéo (fin 2002 pour le service de Microsoft). Dans ces derniers cas, on s’abonne à un service de la console permettant de jouer en réseau mais aussi de bénéficier de jeux offerts tous les mois. Il y a aussi les MMORPG qui proposent de l’abonnement depuis déjà un long moment.

L’abonnement existe depuis déjà longtemps dans le jeu vidéo

Un catalogue de jeux qui s’étoffe

Mais qu’est-ce qui change alors avec Game Pass et Origin Access Premier ? Et bien contrairement aux offres d’abonnement cités ci-dessus, ces nouvelles offres proposent un véritable catalogue de jeux permettant de jouer à près d’une centaine de jeux en illimité. Et pas n’importe quels jeux puisque Microsoft et EA ont déjà confirmé à l’E3 que quelques-uns de leurs futurs blockbusters en feraient partie : Gears 5 pour le premier, BFV et Anthem pour le second. Ces catalogues devraient logiquement s’étoffer avec le temps et je parie que d’autres éditeurs vont suivre d’ici la fin de l’année (Ubisoft ?).

EA dégaine ses gros jeux sur Origin Access Premier

Des jeux qui ne vous appartiennent pas

Si en soit, l’idée de pouvoir jouer à une centaine de jeux moyennant un abonnement de 15€ par mois peut paraître alléchante, il faut quand même se méfier un peu du tout abonnement. En effet, par définition, le jeu ne vous appartient alors pas et dès lors que vous mettez fin à l’abonnement, vous ne pouvez plus jouer à votre jeu préféré.

Pas tous les jeux ! (Et globalement pas les derniers)

Rares sont les gros titres récents à être inclus dans ce genre d’abonnement et même si EA et Microsoft ont annoncé du lourd avec les jeux que je vous ai cités ci-dessus, il se peut fortement que ce soit plus pour faire un coup de com’ et que derrière, il n’y ait plus de gros blockbusters qui soient inclus après. Rien ne le garantit en tous cas.

Pour le moment et même si ça semble bouger du côté d’EA et Microsoft, les catalogues de jeux proposent des titres assez anciens.

Un budget abonnement qui explose

D’un point de vue budget il faut aussi voir la multitude d’abonnements que l’on risque de devoir payer si ce modèle s’émancipe ! Rien qu’à l’heure actuelle, si je prends l’exemple d’un joueur Xbox : s’il joue en réseau déjà, il débourse 7 euros par mois pour le Xbox live (j’arrondis et prends le prix de base). A cela s’ajoute le Game Pass car on va dire qu’il veut jouer à Sea of Thieves et Gears 4 mais qu’il les trouve un peu cher à l’achat (on peut difficilement faire plus cher que les prix pratiqués sur le Store Microsoft !). 10 euros par mois en plus. Tenté par BFV qui sera en plus jouable en avant-première grâce à Origin Access Premier, il rajoute cet abonnement à 15 euros par mois.

On est déjà à 32 euros par mois. Imaginez qu’il ait en plus une PS4 avec le PS Plus (8 euros par mois) et le PS Now (15 euros par mois) et vous montez à 55 euros par mois : 660 euros par an… Ça peut paraître encore accessible mais si tous les éditeurs s’y mettent, ça risque de devenir très cher. Et surtout, par définition, plus vous avez d’abonnements et moins vous avez le temps de gérer ceux-ci (car non vous ne penserez pas forcément à couper votre abonnement durant l’été parce que vous partez en vacances !).

Le choix est la clé

Pour ces différentes raisons, il est important je pense que le jeu vidéo garde son modèle historique de vente. Tout d’abord pour ne pas définitivement tuer la distribution spécialisée mais aussi pour que les joueurs puissent avoir le choix ! Personnellement je ne veux pas m’abonner à Origin Access Premier pour jouer à BF ! Je préfère l’acheter.

Attention de ne pas léser les joueurs

Mais voilà, à l’heure où le demat’ est présent chez tous les éditeurs et constructeurs, il est évident que l’abonnement est un business attirant pour ces acteurs, puisque leur assurant des revenus réguliers. Ma seule crainte au final est que dans cette guerre de l’abonnement, les joueurs finissent par être lésés : jeu exclusif uniquement via un abonnement, augmentation du prix de vente des jeux, disparition du jeu en boîte (et donc fin du marché de l’occasion)…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *