[Test] Battlefield 1, la Grande Guerre online mais pas très teamplay

Mon test Battefield 1 version PC

Test après environ 120h de jeu. Avis 100% subjectif !

Battlefield à l’ancienne

J’adore la série Battlefield. Depuis le BF 1942, j’ai toujours été épaté par le soin apporté par Dice (son développeur) pour nous faire vivre – virtuellement heureusement – la guerre à grande échelle : des cartes très grandes, des décors en partie destructibles, 64 joueurs simultanés et des véhicules de tous types ont toujours fait de chaque épisode un succès (enfin presque).

En octobre 2016, sortait donc Battlefield 1, un nom pour le moins surprenant – étant donné les nombreux épisodes précédents – mais qui doit en fait celui-ci à l’époque où il se situe : 1ère Guerre Mondiale ou WW1. Retour donc à des conflits de la première moitié du XXème siècle après plusieurs épisodes contemporains : Battlefield 3, 4 et aussi le critiqué Hardline.

Une sale guerre

Et il faut reconnaître que ça fait un sacré changement d’ambiance : direction les tranchées, la boue, les villes en ruine et une majorité de maps en Europe avec plus de champs, de plaines et de forêts (il y a quand même aussi des maps plus exotiques comme la vallée du Sinaï). Mais ce qui m’a le plus frappé, c’est ce sentiment de “guerre sale” que Dice a réussi à reproduire.

Trailer de gameplay

Ramper dans la boue et votre arme sera rapidement souillé. Les combats sont beaucoup plus rapprochés grâce notamment à une efficacité redoutable des baïonnettes et autres armes blanches mais aussi cela s’explique par les armes globalement moins efficaces à longue distance. Et le gaz moutarde qui se répand un peu partout – nous obligeant à mettre régulièrement notre masque à gaz – finit de renforcer ce sentiment d’horreur des combats.

On en oublie un peu le réalisme

En cela, Dice me semble avoir réussi son pari d’un point de vue ambiance même si d’un point de vue réalisme et sans être historien, le conflit s’apparente a priori plus à des combats de la Seconde Guerre Mondiale que de la Première. Pas vraiment de guerre de tranchées, même si quelques maps en France en proposent. On est plus dans des combats d’escouades type guerilla urbaine (ou champêtre !) mais la nature de Battlefield fait qu’on est obligé d’être mobile (dans le mode conquête notamment, il faut contrôler un maximum de points dispersés sur toute la carte).

Bien que je sois sûr que Dice a vérifié que les armes présentes dans le jeu avaient bien exister durant cette guerre (!), il en ressort que le conflit donne l’impression d’être trop “moderne” de part l’omniprésence de fusils automatiques, mitrailleuses et lance-grenades. Personnellement, quand je pense aux documentaires que j’ai pu voir sur la Grande Guerre, j’ai l’image d’un conflit où les soldats étaient davantage équipés de fusils à verrou que d’armes plus sophistiquées. Idem pour les véhicules, bien que moins présents que dans un BF4, restent présents quel que soit la map avec également des avions et bombardiers. Encore une fois, aucun doute que ces éléments ont bien existé mais leur présence systématique confirme cette “exagération” historique.

Snipe ou crève

Niveau gameplay, c’est toujours un régal à jouer avec pour ma part une nette préférence pour la classe sniper qui se doit d’être beaucoup plus mobile que dans les précédents épisodes (ils sont assez facilement repérables à cause de leur lunette de visée qui reflète beaucoup la lumière). Il est vraiment gratifiant de réussir un tir à longue portée en jaugeant bien la trajectoire de l’adversaire et la cloche que fait la balle. Et en combat rapproché, il se défend aussi très bien avec un pistolet qui m’a semblé des plus efficaces.

Mais je dois dire quand même que contrairement aux derniers épisodes sortis, notamment le 3 et le 4,  j’ai moins aimé la conduite des véhicules et mêmes les autres classes que j’ai trouvé en deçà d’un point de vue gameplay. C’est un avis perso mais les tanks font vraiment très lourds et le feeling des armes dont ils sont équipés – notamment les mitrailleuses – laisse à désirer. On a parfois l’impression de ne rien toucher et le manque de visibilité n’aide pas non plus (bon d’un autre côté, ils ne devaient pas voir grand chose non plus en vrai).

Les autres classes m’ont moins convaincu à l’exception peut-être du Medic toujours aussi indispensable mais dont les armes m’ont semblé assez difficiles à manier. Et vraiment je n’ai pas accroché aux classes Assaut et Soutien : la première est trop portée sur les explosifs et le combat rapproché à mon goût (du coup sur des maps ouvertes, je ne vois pas son intérêt…) et la seconde a un bon kit mais un type d’arme trop peu précis pour moi (mitrailleuse) et surtout qui a vraiment envie de passer son temps à tirer avec un mortier en cliquant sur une carte ?!

Entre amis, on s’oublie vite

Un mot sur le jeu en escouades et entre amis quand même car c’est un peu l’intérêt du blog ! Je suis un peu partagé pour être honnête. C’est fun, c’est sûr, mais le leader doit absolument veiller à ce que l’escouade joue bien les objectifs ensemble. Et je dois avouer que même avec de la pratique, il y a toujours un moment où l’on se disperse un peu… il y a ce pote qui veut absolument prendre le tank à un moment alors que le reste de l’escouade joue un objectif. Il y a le sniper (moi) qui aussi parfois cède à la tentation de la campe. Ou les 2 potes qui respawnent en même temps mais pas au même endroit. Et là c’est le drame.

Mais parfois, cela fonctionne et on découvre alors qu’une escouade bien organisée peut faire des miracles sur un champ de bataille, tant en attaque qu’en défense. Mais soyons honnêtes, ces moments sont trop rares. En fait, le jeu pêche un peu par la grandeur de son conflit : comment voulez-vous que 6 escouades de 5 personnes – sans un unique capitaine – arrivent réellement à se coordonner pour le contrôle des différents objectifs ? Et c’est sans compter sur la disparité de ces escouades qui sont créées la plupart du temps aléatoirement avec parfois 5 snipers dans la même escouade, ou 1 pauvre pélo dans une escouade tout seul faute de places…

Chacun sa tranchée

Vous me direz, ça a toujours été comme ça dans les Battlefield mais je pense que dans cet épisode, le sentiment de désorganisation est encore plus problématique. Déjà, il y a moins de véhicules de transport et moins de tanks ce qui ne favorise pas le rassemblement. Les maps sont aussi plus tentaculaires, plus accidentelles et le combat étant plus rapproché, il y a je pense moins de possibilités d’avoir de vraies lignes de front (bien sûr toutes les maps ne se valent pas à ce niveau là, c’est plus un constat général).

Et que dire ces nouveaux systèmes de progression (appelés tâches de service je crois) qui encourageraient presque à moins jouer les objectifs car se résumant la plupart du temps à tuer XX personnes pour débloquer telle arme, compétence… Pour ma part, j’ai un peu lâché le jeu après le 2ème DLC avec l’armée Russe à cause de ce manque de teamplay.

La 2ème Guerre en équipe cette fois !

Pour le prochain Battlefield – je croise les doigts pour que ce soit un retour à la Seconde Guerre Mondiale -, il me semble indispensable que Dice revoit un peu son gameplay pour favoriser au maximum le travail en équipe, sans quoi le jeu risque d’être déserté encore plus rapidement au fur et à mesure des nouveaux épisodes !

Barre de kiff en multi :

barre-de-kiff-4-sur-5
Voir nos critères de notation

J’ai acheté ce jeu moins grâce à Instant Gaming


 

3 commentaires sur “[Test] Battlefield 1, la Grande Guerre online mais pas très teamplay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *