[Test] Rocket League, le fun avec 4 roues, 1 ballon et des potes

Mon test Rocket League version PC

Test après environ 250h de jeu. Avis 100% subjectif !

Du foot avec des voitures, sérieusement ?

Comment croire qu’un simple jeu de foot avec voitures allait rencontrer un tel succès que ce Rocket League…

Au départ, le concept me parait drôle, je le prends avec les potes en me disant “un p’tit jeu comme ça qui me servira d’apéritif”. Quand j’en parle encore aujourd’hui à la pause café au bureau et que j’essaie d’expliquer le concept à des collègues “non-gamer”, ils me regardent perplexe et me disent “non mais sérieusement des voitures qui font du foot ??!!”. Expliquer le génie de Rocket League n’est pas aisé en sachant que le principe est quand même de base un peu débile 🙂

Donc le concept : 2 équipes de 2 à 4 voitures doivent emmener un ballon dans les buts adverses et terminer avec le meilleur score à la fin du match (du foot quoi). En plus de pouvoir pousser le ballon (qui est très gros car c’est quand même des voitures qu’on contrôle) avec sa voiture et ainsi pouvoir faire des “tirs” en prenant assez d’élan, les voitures peuvent aussi “sauter” et utiliser un turbo (sorte de nitro) pour rester un peu plus longtemps en l’air afin de marquer en hauteur.

Trailer de lancement Xbox One

Et pourtant une idée géniale !

Mais là où Rocket League tire son génie est que d’une idée somme toute bateau, Psionix (son développeur) a réussi à procurer énormément de fun et de longévité à son titre. Du fun car tout d’abord la prise en main est simple et le jeu est très fluide. La caméra suit par défaut le ballon rendant le jeu assez visible et compréhensible. Même s’il n’est pas aisé de bien viser une trajectoire (imaginez-vous conduire une voiture pour “shooter” un ballon géant, ça doit pas être simple en vrai !), la caméra aide vraiment bien à se diriger correctement vers le ballon.

Fun encore parce que comme on l’a dit, le concept est débile, donc drôle et on s’amuse forcément à tenter des trucs inimaginable pour pouvoir faire rentrer le ballon dans les cages adverses (ou l’inverse…). Et des options, il y a en des tas rendant le jeu beaucoup plus technique qu’il n’en a l’air : passer sur les côtés en roulant sur les murs ou ou tapant la balle pour faire en sorte qu’elle rebondisse dessus, effectuer un “centre” pour que son coéquipier – as de la voltige – aille marquer un but aérien ou encore rouler avec la balle sur le capot et faire un petit salto avant pour lobber sont adversaire ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres de la richesse du gameplay de Rocket league.

A la fois fun, accessible et pouvant être joué à haut niveau

Contrairement au foot où il y a un arbitre qui est censé faire respecter les règles, à Rocket League, rentrer dans son adversaire et l’exploser littéralement – heureusement, la malheureuse voiture en étant victime respawn rapidement en défense – est une possibilité qui n’engendre aucune pénalité :). Et à haut niveau, le jeu aérien est roi avec des matchs où tout se joue à celui qui gère le mieux son turbo dans les airs et ses trajectoires. C’est de plus magnifique à regarder, la preuve en vidéo…

Florilège d’actions de joueurs pro

Du fun enfin parce que le jeu se joue par définition en équipe avec chaque joueur contrôlant une voiture. Entre amis, on rigole, on se taquine et on s’insulte aussi à chaque but contre son camp…Mais c’est aussi un jeu où il faut être organiser ne serait-ce que pour définir qui attaque ou qui défend (sans parler des centres où il faut quand même se coordonner !).

Un multi impeccable et cross-plateforme

Niveau fonctionnalités en ligne, mention spéciale à l’incroyable simplicité d’inviter ses amis dans une équipe pour faire du match classé ou amical, sans oublier non plus la possibilité de jouer en local sur écran splitté jusqu’à 4 et mêmes contre d’autres joueurs online. Et comme si ça ne suffisait pas, Rocket League est un des rares jeux à être “cross platform”. Autant vous dire que le matchmaking vous trouve des joueurs en 2 temps 3 mouvements et que les parties s’enchainent sans le moindre souci avec une qualité de match en réseau franchement irréprochable.

En fait, il est difficile de lui reprocher quoi que ce soit car à moins de 20€, vous trouverez difficilement plus fun à plusieurs. A moins peut-être de détester le foot et les voitures !

Barre de kiff en multi :

barre-de-kiff-5-sur-5
Voir nos critères de notation

J’ai acheté ce jeu moins cher grâce à Instant Gaming


 

4 commentaires sur “[Test] Rocket League, le fun avec 4 roues, 1 ballon et des potes

Laisser un commentaire